Phéniciens et Puniques à Ibiza, histoire d’une recherche

De la naissance de la recherche à la fondation du musée

La recherche archéologique sur l’île d’Ibiza est sans doute parmi les pionnières en ce qui concerne l’Espagne. En effet, la Sociedad Arqueológica Ebusitana (S.A.E.) fut fondée en 1904 par un groupe de notables de la ville, sans doute sous l’influence de sociétés semblables qui se formaient un peu partout en Espagne, tout comme dans les principaux pays européens. Dans ce cas-ci, il faut songer aussi à la répercussion que les fouilles françaises à Carthage, avec des trouvailles spectaculaires, pussent avoir eu sur des gens qui avaient en face de leur ville une grande nécropole urbaine inexplorée, le Puig des Molins.

La S.A.E. fut présidée par un illustre érudit, Juan Román y Calvet (1849-1910) et parmi ses membres les plus actifs il faut compter son jeune fils Carlos Román Ferrer (1887-1939) et surtout Arturo Pérez Cabrero (1870-1916), secrétaire municipal et auteur des premières publications sur l’archéologie de l’île. Rapidement des fouilles furent entreprises  au Puig des Molins, mais aussi dans trois importants sanctuaires (Illa Plana, Puig d’en Valls et Es Culleram), sans dédaigner quelques petites nécropoles rurales de la zone de Sant Antoni, au NO. Le but de tous ces travaux était de réunir une importante collection d’objets, la plus complète possible, pour l’exposer au public. Et la S.A.E. y réussit si bien qu’elle fut rapidement débordée et décida d’offrir sa collection à l’État à condition qu’un musée fut crée. Ainsi fut fait, et le Museo Arqueológico de Ibiza (aujourd’hui Museu Arqueològic d’Eivissa i Formentera) naquit en 1907.

De 1907 à nos jours, petite histoire de la recherche archéologique

Il ne s’agit pas de tracer ici toute l’histoire de la recherche, sur laquelle il existe d’ailleurs d’important travaux (en particulier Tarradell-Font, 1975 ; Fernández, 1992). Il faut seulement retenir que l’archéologie d’Ibiza fut pendant très longtemps une archéologie funéraire, axée sur ses riches nécropoles. Après des années de fiévreuse activité, Román Ferrer fait sa dernière campagne en 1929. La Guerre Civile et la dure après-guerre furent des moments difficiles et presque sans activité. José María Maná de Angulo (1912-1964) reprend timidement les fouilles au Puig des Molins en 1946, ainsi qu’à Illa Plana en 1953, cette fois aidé par l’archéologue française Miriam Astruc. Les années 60 voient se succéder de nombreux directeurs éphémères, dont Maria José Almagro Gorbea, à qui l’on doit l’une des meilleures études des terres cuites de l’île. Finalement Jorge H. Fernández Gómez, formé à Barcelone et disciple de Miquel Tarradell Mateu (1920-1995) est nommé en 1974 directeur du musée. Confirmé en 1976 par concours, il y reste jusqu’à sa très récente retraite, en 2015. Une nouvelle étape s’ouvre qui change bien de choses.

En effet en même temps qu’une réorganisation  profonde du musée avait lieu, aussi bien des salles que des magasins, il fallut faire front à un danger pour le Patrimoine encore inconnu ou presque sur l’île : la croissance urbanistique.  La ville commença une expansion vers le nord qui s’avouera imparable (elle continue de nos jours), qui menacera en particulier ce qui s’appelle le quartier des potiers mais aussi le Puig des Molins lui-même. Avec peu de moyens et un appui légal bien mince, puisque la loi espagnole pour la défense du Patrimoine Historique et Artistique ne sera approuvée qu‘en 1985, d’abord le Musée puis les institutions locales firent de leur mieux pour mettre en place un espèce de service archéologique de sauvetage. Malgré les difficultés de très nombreuses fouilles permirent de sauver et d’étudier les restes du quartier des artisans et de quelques petites installations agricoles périurbaines, en ce qui concerne la période punique.

En même temps, en tant que centre de recherche, le Musée ouvrit ou  appuya de nombreuses lignes de travail. Très tôt ce fut la Préhistoire, inconnue pratiquement aux îles Pithyuses. Les fouilles du mégalithe de Ca Na Costa et du site de Cap de Barbaria, tout deux à Formentera, permirent  de dater vers 2200-2100 av. J.-C. le premier peuplement des îles.  De même la découverte du site phénicien de Sa Caleta et du secteur archaïque de la nécropole du Puig des Molins confirma que des Phéniciens venant de l’Andalousie s’établirent à Ibiza vers 650 av. J.-C., tout comme Diodore de Sicile l’avait écrit (si ce n’est qu’il pensait qu’ils étaient venus de Carthage, Diodore V 16).

Les recherches sur le monde rural d’Ibiza et Formentera

Un tout autre panneau de la recherche s’ouvrit aussi au début des années 80 : celui du monde rural, mais cette fois non pas  sous l’aspect funéraire, sinon celui de l’espace habité. Les fouilles de la ferme punique (et romaine) de Can Sorà commencent en 1981, elles seront suivies par celles de Can Corda en 1986. Il s’agit enfin d’une recherche régulière visant une meilleure connaissance de ces campagnes qui avaient fait la richesse de l’île. Une troisième fouille d’urgence, celle de Can Fita, vient en 1989 enrichir notre connaissance de ces installations agricoles.

Mais très vite une idée s’impose : comme pour le monde grec, la prospection systématique du territoire devrait donner d’excellents résultats. Une carte archéologique était déjà disponible, organisée par le Govern Balear entre 1988 et 1991. Mais il s’agit plutôt d’un recensement des sites connus pour organiser leur protection. Des travaux plus précis s’organisent donc et après une courte prospection  de la zone sud-ouest (Es Cubells-Cala d’Hort) en 1992, des travaux systématiques sont menés au NE entre 2000 et 2003, avec d’excellents résultats.

Finalement ces dernières années ont été marquées par un certain ralentissement  de la recherche régulière. Certes de nombreuses fouilles de sauvetage ont eu lieu, en ville mais en particulier autour de la même à l’occasion de la construction d’une autoroute « périphérique » , mais la plupart demeure inédite ou elles ne sont connues que par de courts rapports préliminaires. Nous espérons bien que la recherche reprendra bientôt avec la même intensité qu’il y a quelques années.

FERNÁNDEZ, J.H. 1992 : Excavaciones en la necrópolis del Puig des Molins (Eivissa). Las campañas de D. Carlos Román Ferrer : 1921-1929, Trabajos de Museo Arqueológico de Ibiza, nº 28-29 (3 vol.), Ibiza.

TARRADELL, M. – FONT, M. 1975 : Eivissa cartaginesa, Curial, Barcelone.

Carlos Gómez Bellard

Universitat de València, Departament de Prehistòria i Arqueologia, Avda. Blasco Ibáñez, 28, 46010 Valencia, Espagne


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.