Programme

Programme du colloque/Programa del col·loqui/
Programa del coloquio/Colloquium program

Programme Ibiza 2017

 Session Posters/Sesión de pósteres

El relleno de los pozos de la granja púnica de Truncu ‘e Molas (Cerdeña)

Alicia Vendrell (Universitat de València)

Analizamos las costumbres culinarias de los habitantes de la granja púnica de Truncu’e Molas (Cerdeña) a través del material aparecido en el relleno de los dos pozos que se encontraron en la estancia principal, con una cronología continuada del siglo V al II a.E.

El islote de Na Galera, un enclave púnico-ebusitano en Palma de Mallorca

Ramón Martín Gordon (Universitat de València)

 

Résumés/Resumenes

Mirando al mar. Una revisión de los contactos entre las comunidades baleáricas y feniciopúnicas en Mallorca (S. VII-s. II aC.)

Manuel Calvo Trias (Universitat de les Illes Balears, Palma)

A lo largo de estos últimos cinco años se ha producido una significativa revisión de las interacciones entre las comunidades indígenas de Mallorca y las comunidades feniciopúnicas, especialmente de Ebusus. Esta revisión ha afectado tanto a los planteamientos y marcos teóricos de interpretación, como a las estrategias de estudio que se desarrollan. En este sentido, podemos ver como se ha pasado de modelos basados en esquemas coloniales a propuestas derivadas de planteamientos de corte postcolonial. En cuanto a las estrategias de investigación, se observa un especial interés no solo en evidenciar la presencia de objetos de origen púnico, sino en conocer el alcance e intensidad de los contactos y, especialmente, en analizar como las comunidades indígenas han participado activamente en la recepción y resignificación de los productos púnicos. A lo largo de la ponencia se presentarán los nuevos resultados y planteamientos en los que actualmente se está trabajando con el fin de entender en profundidad, el complejo fenómeno que supone los contactos entre ambas comunidades a lo largo de la segunda mitad del primer milenio.

Sur la mer phénicienne : espaces cloisonnés, de passage, ou de construction de réseaux

Ana Margarida Arruda (Uniarq – Centro de Arqueologia, Universidade de Lisboa)

Les îles de la Méditerranée, en particulier celles du centre et de l’ouest, ont été, comme nous le savons tous, objet de la colonisation phénicienne, au début du premier millénaire avant notre ère. Cette occupation des espaces insulaires peut être expliqué par une multiplicité de raisons et a eu des conséquences dans différents domaines. Si le premier aspect est relativement bien traité dans la littérature de spécialité, la seconde doit être mieux analysée. En fait, ces paysages insulaires ont créé leurs propres identités culturelles, et ont joué un important rôle dans la colonisation de l’Ouest, par exemple, en agissant en tant que bâtisseurs de réseaux, mais aussi en tant que filtres. Les données de la Péninsule Ibérique et plus particulièrement de sa zone Atlantique peuvent être interprétés à la lumière de ces filtres que les îles de la Méditerranée ont imposées à la colonisation occidentale.

Forme di autorappresentazione, attraverso il culto, nella comunità fenicie di un’isola. Il caso della Sardegna

Giuseppe Garbati (ISMA – CNR, Roma)

Tra le isole del Mediterraneo, e specificamente tra quelle che divennero sede della presenza stabile dei Fenici, la Sardegna costituisce senza dubbio un caso del tutto peculiare. Anzitutto, la regione rappresenta la seconda isola più grande di quello che diverrà, in età romana, il Mare Nostrum, inferiore, per dimensioni, solo alla Sicilia, tanto da essere stata definita come un “continente in miniatura” (Braudel). A una tale estensione si accompagna l’alta variabilità nella fisionomia e nella morfologia del paesaggio, contrassegnato dalla presenza di golfi, baie e ampie piane costiere, nonché di lagune e aree montuose, che disegnano nel loro insieme aperture da e verso l’esterno, delineando, al contempo, zone di difficile accessibilità (soprattutto nelle aree interne e orientali). Rispetto ad altre isole, inoltre, la particolare posizione della Sardegna ne fece in antichità un territorio per certi versi isolato – il continente più vicino è quello africano distante circa 200 km – ma collocato, parimenti, al centro di una fitta rete di relazioni che raggiunsero le due estreme e opposte sponde del Mediterraneo. Non è un caso che gli autori classici misero più volte in evidenza nei loro scritti questa sorta di duplicità del carattere dell’isola: una terra bellissima e selvaggia, sede di meraviglie e in qualche modo inquietante, meta di eroici viaggiatori concepiti come portatori di civiltà. Viene naturale chiedersi, dunque, se – ed eventualmente in che modo – la relazione tra isolamento e apertura agì sulle mappe concettuali, e in particolare sulle modalità di autopercezione, di coloro che provenienti dall’Oriente vi si stanziarono stabilmente, dando vita, con il fondamentale contributo delle genti indigene, a espressioni culturali composite e dinamiche; e se, pertanto, sia possibile rintracciare elementi di una tale relazione nella documentazione oggi disponibile, da quella archeologica ed epigrafica ai dati restituiti dalle fonti letterarie. Ci si domanda anche, di conseguenza, quanto termini e concetti moderni – quali, nella fattispecie, quello di “insularità” inteso come indicatore di uno spazio circoscritto e connesso al tempo stesso – siano effettivamente operativi per la definizione delle dinamiche culturali e per la ricostruzione delle forme di autorappresentazione che presero atto in Sardegna. A questo riguardo, un buon punto di vista è certamente rappresentato dalla dimensione religiosa che maturò a seguito dell’arrivo dei Fenici; dimensione che certo costituì uno dei punti cardine per la creazione delle immagini sociali, della memoria collettiva, delle affermazioni di provenienza e di appartenenza e, non certo da ultimo, per lo sviluppo delle connessioni e per la costruzione locale dei valori e dei modelli di comportamento.

Le monde clos des Pitiuses : essai d’analyse du fonctionnement territorial d’Ibiza et Formentera phéniciennes

Élodie Guillon (PLH-ERASME,
Université de Toulouse Jean Jaurès)

L’idée est d’explorer la situation insulaire d’Ibiza et Formentera comme composante essentielle d’un fonctionnement territorial. Le monde clos désigne ici les deux îles, terres concrètement limitées par la mer, puis politiquement délimitées comme territoire de la cité d’Ybosim. Il ne s’agit pas d’isoler artificiellement les Pitiuses de leurs réseaux méditerranéens, mais de se focaliser sur les connexions internes qui structurent le territoire et en articulent les différentes parties, en partant de l’hypothèse que la connectivité extérieure relève essentiellement du port d’Ybosim. La mer est donc prise en compte dans notre analyse, mais dans l’hypothèse d’une voie participant aux connexions intra-insulaires.
Cette analyse s’appuie sur un essai de classification typologique et sur une proposition de fonctionnement territorial reposant sur une modélisation spatiale de réseaux et de chemins, réalisés au cours du projet de recherche PPI. Elle s’ancre également dans les paysages phéniciens et puniques des deux îles, restitués à partir de données paléoenvironnementales provenant de différentes prospections. Notre intervention s’attachera donc à présenter le corpus de données et l’analyse qui en a été faite avant d’en développer les résultats. Il s’agira enfin de qualifier le fonctionnement territorial de l’archipel : méditerranéen, insulaire, phénicien ?

Kition : une île phénicienne ?

Sabine Fourrier (CNRS, Lyon)

Il paraît intéressant, dans le cadre d’une réflexion sur les îles phéniciennes, d’envisager non pas l’île de Chypre dans son ensemble, mais le seul site de Kition et d’aborder, à travers lui, plusieurs questions liées. La première est celle de l’environnement physique, du paysage ancien de la ville et de son rapport avec, d’une part, un territoire terrestre, un arrière-pays, un terroir, et, d’autre part, un territoire maritime, un réseau culturel et commercial. Deuxième porte d’entrée, celle des affirmations d’appartenance qui laissent deviner un jeu complexe entre appartenance civique (kitienne) et insulaire (chypriote). Kition : une île phénicienne ? Le passage par l’historiographie est obligé, puisque le site a été – et est encore – souvent considéré comme une enclave phénicienne, un lieu clos où se joue une histoire finie, une parenthèse dans l’histoire générale de l’île de Chypre. Du paysage aux hommes qui l’habitent jusqu’à ceux qui, aujourd’hui, l’étudient, on tentera donc de croiser les perspectives, comme les échelles (du site à l’île, et jusqu’à la Méditerranée orientale).

Hiérai Nésoi. Les îles et le sacré au détroit de Gibraltar : entre topos littéraires et archéologie

Benjamin Caparroy (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Les sources antiques grecques ou romaines abordant la géographie du détroit de Gibraltar évoquent un nombre assez important de reliefs maritimes ou côtiers que la navigation de cabotage de l’époque utilisait comme des points de repère permettant de situer plus ou moins précisément l’embarcation. Parmi les éléments géographiques de ce parcours en pointillés le long du Détroit, les îles occupent une place de choix, ce colloque est pour moi l’occasion rêvée de traiter cet espace géographique si particulier. Nous souhaitons dans notre exposé aborder les îles selon différents points de vue. Celui qui nous est offert par les sources écrites qui nous sont parvenues, celui des auteurs qui présentent les îles comme des points de repère comme nous l’avons dit, mais aussi comme le point d’ancrage de certaines représentations mentales liées aux dieux et aux mythes. Nombreux en effet sont les points de la côte consacrés aux dieux (hiéraï nésoi, hiéron akrotérion), ou servant de base aux topos littéraires (île de Géryon, les îles fortunées, Kerné, etc.). Il s’agit donc d’interroger les représentations mentales que l’on se fait de l’île à partir de la littérature. Mais ces représentations sont-elle purement fictives ou recouvrent-elles des réalités tangibles, explicables par l’attrait du marin antique, notamment phénicien, pour le phénomène insulaire ? C’est ce que nous tenterons de voir au moyen de l’archéologie et des différentes fouilles menées au détroit de Gibraltar. Nous tenterons de resituer géographiquement et archéologiquement ces différentes mentions littéraires que nous avons signalé, présentant les découvertes faites sur ces îles tout en expliquant les changements que le paysage côtier a pu subir, montrant ainsi que certaines îles du détroit on tout bonnement disparu tandis que d’autres sont à chercher à quelques kilomètres à l’intérieur des terres.
Enfin il faudra chercher à définir au mieux cette relation triangulaire qui unit les hommes, les îles et le sacré. Les sources littéraires le montrent clairement, l’archéologie semble le confirmer: l’homme, en particulier l’homme de mer (pêcheur, marin, commerçant, habitant du littoral), perçoit l’île comme un élément apte à recevoir le divin, l’épiphanie, apte à générer du sacré. Les nombreux éléments sacrés que l’on retrouve associés à la côte et aux îles dans les descriptions du détroit de Gibraltar et dans l’archéologie de ces lieux, nous invitent à mener cette réflexion sur les perceptions et les représentations mentales de l’île par l’homme dans sa relation aux dieux et à ce qui est sacré. Ces représentations/perceptions sont un questionnement sur la nature de l’épiphanie, mais aussi sur les caractères d’altérité, d’isolement, et de marge que peut véhiculer l’image de l’île dans la zone de confins, d’eschatiai, qu’est le détroit de Gibraltar.

‘Ton territoire est au cœur des mers’ (Ezéchiel 27, 4). Regards croisés sur l’insularité de Tyr

Corinne Bonnet (PLH-ERASME,
Université de Toulouse Jean Jaurès)

En partant des célèbres passages bibliques sur le rayonnement de Tyr, mais aussi sur son orgueil insulaire, et en prenant aussi en compte les récits de la conquête de Tyr par Alexandre, on s’efforcera de voir comment un imaginaire spécifiquement tyrien, lié au « Rocher » qui donne son nom à la ville, s’est développé dans la longue durée. Située « au cœur des mers », Tyr bénéficie d’une identité et d’un prestige particulier, d’une sorte de capital symbolique en lien direct avec le paysage qui l’abrite et ses potentialités en termes de défense et d’expansion à la fois. On verra aussi comment, dans la dimension coloniale, cet imaginaire nourrit les fondations dérivant de Tyr.

 

Étude et modélisation spatiale du patrimoine archéologique d’Ibiza (VIIe –IIe siècles av. J.-C.)