La base de donnée ArchéoDATA

ArchéoDATA : historique d’un système d’information archéologique

ArchéoDATA est un système d’information archéologique européen. Il a été conçu par Daniel Arroyo Bishop suite à l’ATP (Action Thématique Programmée) archives de fouilles lancée par le Ministère de la Culture en 1985. Le système a été développé dès le début sur le logiciel FileMaker Pro™.

De 1985 à 1995 le système s’est développé grâce à des tests sur divers chantiers de fouille en France (Le Louvre et Vincennes par exemple) et à l’étranger (Espagne notamment).

En 1995 le module “unité stratigraphique” d’ArchéoDATA est diffusé par les Éditions Errance sur FileMaker Pro™ version 2. À cette même époque, le chantier- école de Coupéré (Saint-Bertrand-de-Comminges) accueille de manière expérimentale la base.

Depuis 1998, ArchéoDATA fait l’objet d’un programme de recherche-développement sur ce même chantier au sein du laboratoire de recherche UTAH (Unité Toulousaine d’Archéologie et d’Histoire). Après un passage par la version 3 puis 4 de FileMaker Pro™, un nouveau programme est lancé en 1999. Ce programme est engagé avec le centre Inter-universitaire de Calcul de Toulouse pour étudier une migration du système ArchéoDATA vers la base de données Oracle afin de le rendre accessible par internet. Ce programme n’aboutit pas et ArchéoDATA poursuit son évolution via le logiciel FileMaker jusqu’à la version 7.

Actuellement ArchéoDATA est obsolète et son concepteur souhaite le mettre à jour et en faire bénéficier les chercheurs dans un cadre ouvert et public.

Le besoin des équipes de recherche en archéologie

Le projet de mise à niveau d’ArchéoDATA a démarré à l’initiative des chercheurs des laboratoires PLH (Patrimoine Littérature Histoire) et TRACES (Travaux et Recherches Archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés). Leur besoin est de disposer d’une base de données regroupant l’ensemble des données issues de fouilles archéologiques. Cette base doit être accessible pour chacun des acteurs, pour consulter et saisir les données. Au-delà, les données doivent être consultables en ligne (essentiellement pour un public  lié au domaine de la recherche).

L’idée est de disposer d’un outil complet, conçu pour avoir plusieurs utilisateurs et différents niveaux d’accessibilité (consultation, consultation et saisie, etc.). Au vu des besoins énoncés par les deux équipes, la réutilisation du système ArchéoDATA s’est présenté comme une solution pertinente.

En appui au projet : la MSHS-T et la DAR

Deux services d’appui à la recherche, la MSHS-T et la DAR, ont été sollicités par les chercheurs en archéologie du site toulousain pour les accompagner à rendre le logiciel ArchéoDATA opérationnel et mutualisé.

  • La MSHS-T, Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Toulouse,  a pour vocation de favoriser la recherche en SHS en région toulousaine. A ce titre, elle apporte un soutien au projet ArchéoDATA pour le développement de la plateforme logicielle mutualisée.
  • La DAR, Direction d’Appui à la Recherche, contribue à l’élaboration de la politique scientifique de l’université Toulouse Jean Jaurès. A ce titre, elle est partie prenante du projet ArchéoDATA sur la partie juridique et valorisation.

Le développement de la solution

Le développement de la solution est planifié en plusieurs étapes :

  1. Mise à niveau de la version de FileMaker. Le logiciel, actuellement en version FileMaker 7, sera adapté à la dernière version FileMaker 14.
  2. Correction et amélioration des fonctionnalités existantes. L’ensemble des fonctionnalités existantes seront recodées selon les nouvelles normes de développement intégrées dans la dernière version de FileMaker. Chaque fonctionnalité sera également étudiée en vue d’une amélioration d’usage, par exemple des facilités à la saisie seront rajoutées via des duplications à partir des saisies précédentes par un simple clic. Cette partie consistera principalement à l’amélioration de l’interface graphique et non du format des données saisies, car une contrainte principale du projet est de garder une retro-compatibilité par rapport aux versions initiales.
  3. Développement de la fonctionnalité de géolocalisation. Une nouvelle fonctionnalité sera rajoutée au logiciel afin de pouvoir géolocaliser les sites de fouilles avec une visualisation sur la carte.
  4. Adaptation du logiciel au format IPad. Afin de permettre une saisie directement dans le logiciel au moment de la prospection sur le terrain, l’interface graphique sera adaptée pour fonctionner sur les IPad grâce à la solution FileMaker Go.
  5. Installation sur un serveur centralisé. Grâce à la solution FileMaker Server 14, le logiciel sera déployé sur un serveur mutualisé de l’université Toulouse Jean Jaurès pour permettre à l’ensemble des unités de recherche du site d’accéder à leur base de données de manière centralisée. Cette architecture permettra à plusieurs chercheurs de partager une même base de données et de synchroniser leurs saisies.

ArchéoDATA et PPI

Actuellement, l’ensemble des sites archéologiques repérés à Ibiza et Formentera dans le cadre du projet PPI sont en cours d’enregistrement. Les membres du projet peuvent ainsi déjà tester les fonctionnalités du système et de relever les différents problèmes qui seront résolus lors de la mise à niveau et de l’amélioration de ces fonctionnalités.

Edyta Osuch

Université de Toulouse, UTJJ, MSHS-T,

5 Allées Antonio Machado. 31000 Toulouse, France


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *