Entre terre et mer, petite histoire de la présence phénicienne en Méditerranée

Thucydide, source d’une image d’Epinal

Lorsqu’il évoque les préparatifs de l’expédition de Sicile en 415 av. J.-C., Thucydide, au livre VI de son Histoire de la Guerre du Péloponnèse, évoque le peuplement de l’île et la présence phénicienne. C’est tout naturellement qu’il les situe sur des promontoires et des îlots (VI, 1, 3), enclins à pratiquer le commencer avec les Sicules et prêts à évacuer leurs positions dès que les Grecs débarquent en grand nombre dans cette partie de la Sicile pour se réfugier dans le secteur occidental.

Ce texte très célèbre livre en quelque sorte l’image d’Epinal de la relation des Phéniciens au territoire : une implantation maritime, légère et même provisoire, mobile et tournée vers le commerce. Il ne s’agit certes pas ici de contester que bien des établissements phéniciens et puniques en Méditerranée correspondent à ce « modèle », mais plutôt d’attirer l’attention sur le fait qu’il ne s’agit en aucun cas d’un modèle unique.

Au fond, comme le suggère le texte de Thucydide, cette vision des choses doit beaucoup au regard grec et à l’intention qui parcourt bien des témoignages grecs, puis romains : celle de légitimer leur présence hégémonique en Méditerranée et réduire la fréquentation des Phéniciens à un phénomène intermittent ou en tout cas moins puissant et moins durable.

Le paysage phéniciens des Modernes

Pendant longtemps, pourtant, à commencer par Ernest Renan dans sa Mission de Phénicie (1864-1867), cette vision « thalassocentrique » des Phéniciens a dominé la scène scientifique. Peu de temps après Renan, Perrot et Chipiez, dans leur célèbre Histoire de l’art dans l’Antiquité, écrive dans le tome III consacré à Chypre et à la Phénicie (1885) qu’il s’agit de comprendre « comment ces marins et ces négociants s’étaient rendus nécessaires aux peuples à demi sauvages de l’Europe » (p. 885).

S. Moscati (1922-1997) qui a donné aux études phéniciennes et puniques une impulsion décisive, en Italie et au niveau international, dans le dernier tiers du XXe siècle, a beaucoup insisté sur la « maritimité » des Phéniciens et sur leurs projections en Méditerranée. C’est une civilisation diasporique, ouverte aux échanges commerciaux et culturels que ses ouvrages décrivent. Une telle approche a eu le mérite de mobiliser largement les spécialistes de nombreuses aires géo-culturelles autour du phénomène phénicien.

Sans retomber dans la phénicomanie du XIXe siècle et du début du XXe, sans substituer le « miracle grec » par un « miracle phénicien », une multitude de travaux ont néanmoins mis en avant la capacité d’adaptation des Phéniciens qui se fondaient dans les divers substrats et paysages. Sans réhabiliter l’approche chère à V. Bérard (1864-1931), qui faisait d’Homère le disciple et l’héritier de la science nautique phénicienne et voulait dès lors reconnaître dans le périple d’Ulysse autant d’escales sur la route des Phéniciens, il est vrai qu’on a fait émerger la notion de paysage phénicien.

En partant notamment du texte de Thucydide mentionné ci-dessus, on a estimé qu’il existait une typologie d’implantation phénicienne caractérisée par trois éléments majeurs : la mer, la montagne et l’exiguïté des territoires urbains. Marqués pas leur milieu d’origine, la Phénicie, avec ses établissements urbains coincés entre mer et montagne, les Phéniciens auraient, de Chypre au détroit de Gibraltar, privilégié des lieux d’implantation analogues à leur paysage d’origine. Ils auraient ainsi fondé de petits établissements, accrochés à flanc de montagne ou de colline, donnant aisément accès à la mer ; bref, ils auraient vécu dans une sorte d’entre-deux entre la terre ferme et la mer, propice à leurs activités commerciales.

Aujourd’hui : changement de paysage pour les Phéniciens

Outre le fait que les fouilles menées à Carthage ou Kition, Cadiz ou Utique, donnent à voir des réalités archéologiques d’une toute autre ampleur, les historiens ont, depuis quelques années, engagé une réflexion plus approfondie et nuancée sur la relation des Phéniciens au territoire, à la fois dans la métropole et dans l’espace méditerranéen.

L’ouvrage collectif édité en 2008 par P. Van Dommelen et C. Gomez Bellard et intitulé Rural Landscapes of the Punic World marque une étape importante dans la prise de conscience d’un ancrage rural des Phéniciens et des Puniques. Il permet de complexifier la notion de paysage phénicien et de diversifier l’appréhension des activités développées par les Phéniciens et les Puniques dans un espace donné. Commerce certes, mais aussi agriculture, exploitation des matières premières… On voit ainsi émerger des questions nouvelles et passionnantes :

  • quel régime de propriété foncière ? quel habitat rural ?
  • quelle exploitation des sols ?
  • quel réseau routier ? quels circuits de distribution ?
  • quel rôle pour les ports ?

La notion de « paysage phénicien » avec sa trilogie un peu schématique s’en trouve profondément revisitée.

Par ailleurs, la parution en 2000 de The Corrupting Sea. A Study of Mediterranean History, par P. Horden et N. Purcell – un ouvrage qui a exercé et exerce encore une forte influence sur les historiens de la Méditerranée ancienne – a suscité de riches débats sur la manière dont les groupes humains interagissent avec l’environnement à diverses échelles. Ainsi les relations mer-mer, mer-terre et vice versa sont-elles revisitées à l’aune de la connectivité, au sein de micro-régions ou de micro-écologies au sein desquelles les groupes humains œuvrent pour limiter les risques et garantir la survie, voire le bien-être. La relation aux terroirs apparaît comme fondamentale et est dictée par des stratégies complexes et fluides, diversifiées et toujours en évolution.

Dans toutes ces phases de l’histoire des recherches sur la présence phénicienne et punique en Méditerranée, la péninsule Ibérique a joué un rôle important, en particulier à partir des années 1980, lorsque les chantiers de fouilles se sont multipliés : Malaga, Almuñecar, Cadiz, Ibiza, Alicante, Cartagena, Huelva… ont apporté une moisson d’informations très impressionnante et les études phéniciennes et puniques, surtout dans le domaine archéologique, se sont vigoureusement implantées dans le monde académique hispanophone.

Récemment, l’intégration dans les équipes de fouilles de spécialistes des paléoenvironnements ou des réseaux territoriaux a permis de proposer une approche globale des dynamiques liées à l’implantation des Phéniciens. Sans perdre de vue le commerce, on s’intéresse aujourd’hui à l’impact environnemental de leur implantation, aux modalités d’exploitation des ressources naturelles, aux interactions avec les populations indigènes dans divers domaines (art, religion, modèles politiques, écriture…). C’est pourquoi, entre territoires côtiers et territoires insulaires, la péninsule ibérique s’impose comme un des terrains les plus stimulants et prometteurs pour l’étude dynamique des « paysages phéniciens », tels qu’on les appréhende aujourd’hui.

Le projet PPI s’inscrit dès lors dans cet environnement scientifique et entend apporter une contribution significative à l’étude et à la valorisation du patrimoine archéologique des îles d’Ibiza et de Formentera, dans le contexte général des formes de connectivité promues par les Phéniciens et les Puniques en Méditerranée.

Corinne Bonnet

Université de Toulouse, UTJJ, PLH-ERASME, 5 Allées Antonio Machado. 31000 Toulouse, France

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *